150 personnes pour soutenir une mère de famille et de ses six enfants

logoparisien300x100

Presse du 8 août 2013

Ils soutiennent la famille expulsée pour avoir gêné le voisinage

3037415_9a40fbc8-ffae-11e2-b27b-00151780182c_640x280

Est-il juste d’expulser de leur logement HLM les parents d’enfants délinquants? Hier, 150 personnes se sont rassemblées sur le parvis de l’hôtel de ville de Gennevilliers pour soutenir la famille Khadir, expulsée le 2 juillet de son appartement du 169, avenue Gabriel-Péri. Cause de l’expulsion : « trouble de jouissance ».Le 10 janvier 2012, l’OPHLM de Gennevilliers a obtenu du tribunal administratif la résiliation du bail des locataires parce qu’ils ne respectaient pas leur obligation « d’user paisiblement des locaux loués ».

« Relogement pour la famille Khadir », demande laconiquement la petite banderole des manifestants. « Hakima Khadir vit seule avec ses six enfants et sa petite-fille de 20 mois. Sa fille est handicapée à 80%, dénonce Hassan Ben M’Barek, le président du Front des banlieues indépendant, qui a appelé au rassemblement. Certes, certains de ses enfants ont eu des problèmes avec la justice et ils squattaient le hall. Mais ce n’est pas une raison pour sanctionner toute la famille. »

Présente hier, Hakima Khadir fait valoir qu’elle a toujours payé son loyer. « Je ne comprends pas cette décision de justice. Mes fils ont juste fait des squats, comme il y en a dans tous les quartiers. Jamais de dispute, jamais de bagarre. Ils ont eu des petits problèmes avec la justice. A chaque fois, je les reprenais. Mais rien à voir avec le logement. Combien de jeunes sont en prison? Expulse-t-on leurs parents? » interroge cette animatrice à la recherche d’un emploi depuis deux ans. « L’expulsion a eu lieu alors que ma mère était en Algérie. Depuis un mois, on est tous sans logement. On loge à droite, à gauche, dispersés chez des amis », regrette le plus âgé des fils, Lakhdar, 24 ans.

« L’OPHLM de Gennevilliers a obtenu et réalisé l’expulsion à la demande des commerçants et des locataires de l’avenue Gabriel-Péri, précise le maire, Jacques Bourgoin (PCF). Il y avait de vraies preuves de troubles de voisinage depuis au moins cinq ans pour cette famille. Le père est incarcéré et trois des enfants se distinguaient par des tapages nocturnes, des insultes, des menaces… » « Le père a dix convocations devant la justice, atteste une source policière. Le petit Sofiane a connu une trentaine de gardes à vue. La famille concentre plus d’une centaine de mains courantes au commissariat. Ils généraient des troubles considérables dans le quartier. »

« Est-ce une raison pour jeter à la rue une mère de famille isolée avec six enfants? » interroge au mégaphone Lakhdar. Hassan Ben M’Barek promet de nouvelles actions « plus sérieuses ». « Mais pour l’instant, il faut rentrer dans le calme, car la violence desservirait la famille. » Pourtant, une femme exhorte les autres manifestants : « Nous ne sommes pas des illettrés. Il y a des lois. La famille aurait pu être relogée dans un autre appartement. C’est une première manifestation. J’espère qu’il n’y en aura pas de deuxième. Mais si nous ne sommes pas entendus, la ville de Gennevilliers ne devra pas se plaindre… »

 

Le Parisien

Contre l’expulsion d’une mère de famille et de ses six enfants

41-FBI Communiqué de presse du 07 août 2013

Contre l’expulsion d’une mère de famille et de ses six enfants

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) appelle à un rassemblement contre l’expulsion de Madame KHADIR, femme vivant seule, avec sa petite fille de 20 mois et ses six garçons et filles, dont l’une est handicapée à 80%.
En effet, madame KHADIR a été injustement expulsée, récemment, de son ancien appartement, par OPHLM de Gennevilliers, au motif pour le moins discutable, de troubles de voisinage causés par deux de ses enfants alors qu’elle était à jour concernant le paiement de ses loyers.
Le FBI constate qu’il y a malheureusement, durant cette période de l’année, une hausse des expulsions malgré l’engagement du gouvernement à lutter contre la précarité et à diminuer le nombre de sans abris.
Par conséquent, le FBI appelle à un rassemblement le mercredi 7 Août 2013 à 17h sur le parvis de la marie de Gennevilliers, 177 avenue Gabriel Péri 92230 Gennevilliers, afin de demander le relogement dans les plus brefs délais de cette famille.

Président du FBI

Président du FBI
Hassan BEN M’BAREK
Téléphone Président : 06 19.04.21.66
www.fbi-de-france.org