Suite affaire Jamel Ghermaoui

13-FBI Communiqué de presse du 27 Octobre 2011

tttttttttttttttttttttttttttttttttt

Contre-autopsie de Jamal Ghermaoui à la demande de la famille et du FBI. 

Surveillant de la maison d’arrêt de Nanterre menacé de mort. 

Un surveillant de la prison de la maison d’arrêt de Nanterre a été menacé de mort, le mercredi 26 octobre 2011, par deux individus à moto avant de détruire son véhicule.

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) condamne fortement cette agression qui ne va pas contribuer à obtenir la vérité et la justice pour Jamal Ghermaoui.

Les différentes actions menées par le FBI, rassemblement devant la maison d’arrêt de Nanterre et la marche silence à la mémoire de Jamal Ghermaoui ont pour objectif d’éviter les violences.

La famille Ghermaoui et le FBI ont également demandé à l’avocat Lef Forster une contre- expertise qui devrait avoir lieu aujourd’hui le jeudi 27 octobre 2011.

Par conséquent, le FBI appelle au calme et n’exclut pas des provocations dans le but d’envenimer la situation et de discréditer des acteurs parties prenantes dans ce combat pour la vérité sur la mort de Jamal.

AFP: Musulmans prient pour rendre hommage à Jamal Ghermaoui

logoafp300x100

Presse du Vendredi 14 octobre 2011

300 musulmans prient dans la rue à Gennevilliers pour rendre hommage à Jamal Ghermaoui et garder leur lieu de culte.

 

Quelque 300 musulmans ont prié vendredi 14 octobre 2011 dans une rue de la zone portuaire de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) à l’appel d’une association qui s’oppose à la destruction prévue de leur ancienne mosquée située à quelques mètres, a constaté une journaliste de l’AFP.

 

Les fidèles se sont installés vers 14 h à quelques mètres de leur lieu de culte sur l’une des chaussées de la route principale du port de Gennevilliers, a constaté une journaliste de l’AFP.

 

Dans son prêche, l’imam a rendu hommage à Jamal Ghermaoui, originaire de Gennevilliers, décédé alors qu’il était détenu à la maison d’arrêt de Nanterre pour trafic de stupéfiants.

 

La famille du détenu, présente à cette prière, est convaincue qu’il n’est pas décédé des suites d’un suicide par pendaison, comme l’explique l’administration pénitentiaire.
Une autopsie du jeune homme avait conclu à « une mort par anoxie cérébrale par pendaison » sans « lésion de lutte ou de maintien ».

 

Une fois la prière terminée une demi-heure plus tard, les fidèles ont quitté les lieux dans le calme. Des policiers étaient présents pour sécuriser le périmètre où se trouvaient les fidèles.

 

En mars, le conseil général, gérant des locaux, a demandé à l’association Ennour, qui gère cette mosquée, de quitter les lieux dans un délai de 6 mois, ce qu’Ennour a accepté dans la mesure où une grande mosquée venait d’être ouverte dans le centre-ville.
Mais une autre association de fidèles, El Houda, s’oppose à la fermeture de ce lieu qui revendique 600 fidèles.

 

Le Port autonome de Paris, propriétaire du terrain, a refusé la semaine dernière l’offre de rachat présentée par l’association Front Banlieues indépendant. « Nous avons répondu par la négative à l’offre de rachat, ce terrain étant réservé à des activités économiques », a expliqué à l’AFP Etienne Dereu, directeur du port de Gennevilliers.

Prière à la mémoire de Jamal Ghermaoui

11-FBI Communiqué de presse du 13 Octobre 2011

image mosuqqée gennevilliers

Le Front des Banlieues Indépendant organise une prière de rue le Vendredi 21 Octobre 2011 à la mémoire de Jamal Ghermaoui. 400 jeunes en colère après la mort de leur ami en Prison. 

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) organise sa quatrième prière de rue le vendredi 14 octobre 2011 à 14h au 5 route principale du port 92230 Gennevilliers à la mémoire de Jamal Ghermaoui mort en prison.

Dans les Hauts-de Seine, département du Président de la République, Nicolas Sarkozy, les pouvoirs publics veulent détruire une mosquée ouverte depuis 31ans pour y installer une fourrière.
Après une série d’actions de mobilisation et l’organisation de 3 prières de rue, la destruction de cette mosquée prévue initialement pour le 7 septembre 2011 n’a finalement pas eu lieu.

Malheureusement nous n’avons toujours pas de réponses depuis 2 mois des pouvoirs publics sur le devenir de cette mosquée et sur notre offre d’achat du terrain de 500.000 euros alors qu’il a fallu à peine 24h pour sortir un rapport d’autopsie dont la famille à ce jour n’a toujours pas obtenu les conclusions pour étouffer la vérité concernant la mort de Jamal à la maison d’arrêt de Nanterre.

DEUX POIDS DEUX MESURES
Le FBI estime qu’il y a souvent deux poids, deux mesures concernant les politiques publiques et les décisions judiciaires en direction des jeunes des quartiers sensibles.

Le FBI est une organisation laïque pilotée par des personnalités issues des banlieues qui a pour objectif de mener des actions fortes afin de mobiliser l’opinion publique contre les dérives discriminatoires et sécuritaires dans les quartiers populaires.

Prière de rue du FBI à la mémoire de Jamal Ghermaoui. 400 jeunes en colère après la mort de leur ami en prison.

09 FBI – Communiqué de presse du 13 Octobre 2011

 mosquée gennevilliers1

Prière de rue du FBI à la mémoire de Jamal Ghermaoui.

400 jeunes en colère après la mort de leur ami  en prison.

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) organise sa quatrième prière de rue le vendredi 14 octobre 2011 à 14h au 5 route principale du port 92230 Gennevilliers à la mémoire de Jamal Ghermaoui mort en prison.
Dans les Hauts-de Seine, département du Président de la République, Nicolas Sarkozy, les pouvoirs publics veulent détruire une mosquée ouverte depuis 31ans pour y installer une fourrière.
Après une série d’actions de mobilisation et l’organisation de 3 prières de rue, la destruction de cette mosquée prévue initialement pour le 7 septembre 2011 n’a finalement pas eu lieu.
Malheureusement nous n’avons toujours pas de réponses depuis 2 mois des pouvoirs publics sur le devenir de cette mosquée et sur notre offre d’achat du terrain de 500.000 euros alors qu’il a fallu à peine 24h pour sortir un rapport d’autopsie dont la famille à ce jour n’a toujours pas obtenu les conclusions pour étouffer la vérité concernant la mort de Jamal à la maison d’arrêt de Nanterre.

Deux poids deux mesures.

Le FBI estime qu’il y a souvent deux poids, deux mesures concernant les politiques publiques et les décisions judiciaires en direction des jeunes des quartiers sensibles.
Le FBI est une organisation laïque pilotée par des personnalités issues des banlieues qui a pour objectif de mener des actions fortes afin de mobiliser l’opinion publique contre les dérives discriminatoires et sécuritaires dans les quartiers populaires.

Maison d’arrêt de Nanterre: Jamal Ghermaoui est décédé

Presse du dimanche 10 Octobre 2011

Maison d’arrêt de Nanterre: Jamal Ghermaoui est décédé

Le détenu de 23 ans plongé dans le coma depuis lundi est décédé dans la nuit de vendredi à samedi. Alors qu’un rassemblement est prévu lundi matin devant la prison des Hauts-de-Seine, la polémique enfle.

Hospitalisé lundi dans un état très grave, Jamal,23ans, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, a annoncé le procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye. Le jeune homme, incarcéré pour infractions à la législation sur les stupéfiants avait été placé depuis le 30 septembre au quartier disciplinaire de la maison d’arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine) après avoir agressé « un personnel de surveillance, selon l’Administration pénitentiaire. Quatre jours plus tard, il était hospitalisé en urgence.

DEUX VERSIONS OPPOSÉES

Depuis le drame, l’ Administration pénitentiaire parle d’une hospitalisation après une tentative de suicide du détenu. Selon elle, Jamal avait comparu devant la commission de discipline de la prison. « A l’énoncé de la sanction, la personne détenue a violemment réagi en se tapant à plusieurs reprises la tête contre le mur avant d’être maîtrisée par les personnels de surveillance. Ces agissements se sont déroulés devant témoin », a assuré l’Administration pénitentiaire dans un communiqué. Les détenus de la maison d’arrêt de Nanterre et la famille soutenue par des nombreuses associations livrent eux une toute autre version des faits affirmant que Jamal aurait été violemment frappé par les personnels de la prison. 

DES HÉMATOMES DE LONGUE DATE

Hassan Ben M’Barek, président du Front des Banlieues Indépendant (FBI) et porte-parole de la famille de Jamal, a lancé un appel au calme samedi pour qu’il n’y ait aucune violence dans le quartier du quartier de Luth, à Gennevilliers (Seine-Saint-Denis) d’où était originaire le détenu, et à la maison d’arrêt de Nanterre. La famille de Jamal ne compte elle pas en rester là. Dimanche, le FBI a rendu public des photos très violentes de Jamal prises à l’hopital la semaine dernière.  » Nous avons montré les photos à un médecin légiste, commente Hassan Ben M’Barek. Il nous a affirmés que les hématomes sur le corps de Jamal dataient de quatre à cinq jours, en atteste leur couleur jaune. Pourtant, les photos ont été prises mardi, soit un jour après l’hospitalisation du jeune. Par ailleurs, la version officielle de la tentative de suicide par pendaison ne tient pas la route car Jamal ne présente aucun signe de strangulation, par contre il a des marques au front, aux hanches et aux avant bras.

CONVOCATION ÉTRANGE CHEZ LE PROCUREUR

Alors qu’un rassemblement de soutien est organisé à 11H30 ce lundi 10 octobre devant la maison d’arrêt de Nanterre, le FBI s’est dit très surpris d’apprendre que les parents de Jamal étaient convoqués le même jour à la même heure chez le procureur Philippe Courroye. « C’est quand même bizarre que le procureur ne trouve dans son agenda que ce créneau horaire… Comme par hasard, il convoque la famille au moment précis où nous allons dénoncer les pratiques douteuses des personnelsdans certaines prisons et demander des comptes à l’administration pénitentiaire » s’étonne Hassan Ben M’Barek.

Rassemblement devant la maison d’arrêt de Nanterre après la mort d’un détenu

 

logo inrocks ok

Presse du 10 octobre 2011

Rassemblement devant la maison d’arrêt de Nanterre après la mort d’un détenu

 

nanterre prisonEnviron 300 personnes ont observé une minute de silence ce lundi en mémoire de Jamal Ghermaoui. L’administration pénitentiaire explique que le jeune homme s’est suicidé, sa famille n’y croit pas.

Jamal Ghermaoui avait 23 ans. Le 30 septembre, il est placé au mitard, le quartier disciplinaire de la maison d’arrêt de Nanterre, où il est enfermé depuis plusieurs mois pour trafic de stupéfiants. Il a été condamné à quatre ans de prison dont six mois avec sursis.

Que se passe-t-il ensuite ? Le 3 octobre, les pompiers emmènent Jamal Ghermaoui, dans un coma profond, à l’hôpital de Nanterre. Il meurt sans s’être réveillé dans la nuit du 7 au 8 octobre. Il serait le 77e décès depuis le début de l’année dans les prisons françaises, selon le décompte des “suicides et morts suspectes” tenu à jour par l’association Ban public.

Suicide ou altercation violente ayant dégénéré ?

Suicide par pendaison, explique l’administration pénitentiaire. Selon elle, Jamal Ghermaoui a été placé au mitard après “avoir agressé un personnel de surveillance”. Le jour de son évacuation vers l’hôpital, il avait comparu devant la commission de discipline de la prison, d’après le communiqué :

« A l’énoncé de la sanction, la personne détenue a violemment réagi en se tapant à plusieurs reprises la tête contre le mur avant d’être maîtrisée par les personnels de surveillance. Ces agissements se sont déroulés devant témoin. La famille de l’intéressé a été avisée par le chef d’établissement peu après les faits. »

La famille du détenu, elle, refuse ces explications, photos à l’appui. Elle penche pour une altercation violente avec les surveillants, qui se serait mal terminée. Le 8 octobre, sa soeur Ghariba expliquait à l’AFP :

« On ne nous a jamais parlé d’une commission de discipline, ni de sa réaction violente. C’est nous qui nous sommes étonnés de la marque rouge que mon frère avait sur le front. Il a des griffures au niveau des poignets et plusieurs hématomes mais bizarrement pas de trace au niveau de son cou.”

Pour éclaircir les circonstances du décès, le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, a confié une enquête à la police judiciaire des Hauts-de-Seine. Une autopsie a eu lieu dimanche.

« Hors de question de cautionner la thèse du suicide »

Ce lundi, au moins 300 personnes, principalement originaires de la cité du Luth, à Gennevilliers, où vit la famille Ghermaoui, se sont réunies devant la maison d’arrêt de Nanterre pour demander “la vérité et la justice”. Elles ont déposé une gerbe, sous le regard des Equipes régionales d’intervention et de sécurité (Eris) cagoulés, armés de flashballs et de gazeuses. Craignant un incident, l’un des organisateurs demande à tout le monde de rester “pacifique”. Quelques personnes pleurent doucement pendant la minute de silence.

Hassan Ben M’Barek, du Front des banlieues indépendants (FBI), accompagné de Rachid Nekkaz, décrit Jamal comme “un mec qui cherchait à faire sa vie, qui allait se marier”. Il est le seul à prononcer un discours devant l’assemblée :

“On ne souscrit pas à la thèse du suicide, il est hors de question de la cautionner. L’Etat et l’administration pénitentiaire seront condamnés pour la mort de Jamal. Ils doivent assurer la sécurité et la protection des détenus.”

Le procureur Courroye devait recevoir la famille Ghermaoui à la même heure que le rassemblement, où elle était présente. “On a essayé de décaler, mais on nous a dit : soit c’est aujourd’hui, soit c’est pas la peine”, regrette Hassan Ben M’Barek. Il espère qu’un autre rendez-vous sera fixé rapidement.

Sa présence et sa façon de se présenter comme l’organisateur de la manifestation ne plaît pas à tout le monde : certains amis de Jamal craignent la récupération. Dans l’attente d’éléments nouveaux, une prière est prévue ce vendredi à la mosquée du Port à Gennevilliers, et une marche silencieuse partira samedi après-midi de la cité du Luth.

Doutes sur une pendaison en prison.

logo europe 1 ok

logoafp300x100

Presse du 07 octobre 2011

Doutes sur une pendaison en prison 

Un détenu de la maison d’arrêt de Nanterre âgé de 23 ans se trouvait ce matin dans un état désespéré, après avoir tenté de se suicider par pendaison lundi. « Le jeune homme, incarcéré pour des infractions à la législation des stupéfiants, a tenté de se suicider par pendaison lundi midi alors qu’il était à l’isolement. Il a été transporté à l’hopital de Nanterre mais son état est désespéré », a expliqué la police.

Un rassemblement est prévu en fin de matinée devant la maison d’arrêt de Nanterre à l’appel d’amis du détenu qui estiment que « l’administration pénitentiaire essaye de dissimuler cette agression avec une annonce de tentative de suicide ». Selon le Front des banlieues indépendant (FBI), « au dire de certains détenus et de la famille de Jamal Ghermaoui, une violente altercation entre le détenu et des surveillants s’est produite dans l’une des dix cellules » du quartier disciplinaire.

« Le FBI a du mal à souscrire à la thèse du suicide », ajoute dans un communiqué le collectif, qui prédit que « cette malheureuse affaire aura un impact dans les prochains jours dans certains quartiers difficiles des Hauts-de-Seine ». Le FBI annonce qu’il organisera un nouveau rassemblement lundi à 11H30 devant la maison d’arrêt de Nanterre.

Tentative d’assassinat à la Maison d’Arrêt de Nanterre (92).

11 FBI-Communiqué de presse du 06 octobre 2011

prisonjamel1

prison2jamel

Ce lundi 10 Octobre 2011 à 11h30. Tentative d’assassinat à la Maison d’Arrêt.

Le FBI organise une une conférence de presse devant la prison de Nanterre (92)..

 

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) organise une conférence de presse suivi d’un rassemblement de plusieurs centaines de jeunes des quartiers, le lundi 10 octobre 2011à 11h30, devant la maison d’arrêt de Nanterre au 133 avenue de la commune de Paris 92000 Nanterre.

Un jeune homme de 23 ans, issue du quartier du Luth à Gennevilliers dans le département des hauts-de Seine, condamné pour infraction à la législation des stupéfiants et incarcéré depuis plusieurs mois, est depuis le lundi 3 octobre 2011entre la vie et la mort

En effet, Jamal GHERMAOUI est sorti, ce lundi 3 octobre, sur une civière, le visage remplit de sang du QD (Quartier Disciplinaire) vulgairement appelé Mitard, où il avait été placé depuis vendredi.30 septembre. Malheureusement celui-ci dans un état de coma profond a été emmené par les pompiers à l’hôpital de Nanterre.

Au dire de certains détenus et de la famille de monsieur Ghermaoui une violente altercation entre le détenu et des surveillants c’est produite dans l’une des 10 cellules du mitard.

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) a du mal à souscrire à la thèse du suicide lorsqu’on voit les photos de la victime.

Le FBI estime que l’un des objectifs de l’administration pénitentiaire est d’assurer la protection des détenus et leur sécurité quels que soient leurs crimes ou délits.

Le FBI pense que cette malheureuse affaire aura un impact dans les prochains jours dans certains quartiers difficiles des Hauts-de-Seine.

Le FBI soutient la famille de la victime dans sa démarche de rechercher la vérité.

Le FBI est une organisation laïque pilotée par des personnalités issues des banlieues qui a pour objectif de mener des actions fortes afin de mobiliser l’opinion publique contre les dérives discriminatoires et sécuritaires dans les quartiers populaires.