Le label diversité de l’ AFNOR : Mauvais départ

67 FBI – Communiqué de presse du 09 février 2016

label_diversite

Mauvais départ du label diversité de l’ AFNOR

Le Front des Banlieues Indépendant a appris, lors de la manifestation qu’il organisait, le lundi 8 février 2016, devant le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, avec des employés de l’association ARSEJ ainsi que des artistes et animateurs de la Radio RTSF que cette collectivité du 93 est devenu le premier département de France à obtenir le label Diversité, créé en 2008 par l’Etat et décerné par l’Afnor.

Le Front des Banlieues des Indépendant  estime que l’attribution pour la 1er fois du label diversité au Conseil départemental du 93 est totalement scandaleuse.

En effet, le Front des banlieues Indépendant mène depuis plusieurs semaines des actions pour dénoncer des pratiques discriminatoires du Conseil départemental du 93 en direction de structures pilotées par des éducateurs issus de la diversité et qui œuvrent pour la réinsertion sociale et professionnelle de jeunes en grande difficulté dans les quartiers sensibles de Saint-Saint-Denis.

Malgré nos différents courriers et nos actions depuis plusieurs semaines, jamais le président du conseil général du 93, Monsieur Stéphane Troussel, n’a dénié à ce jour répondre à ce cas concret de discrimination dans son département.

Plus surprenant, celui-ci pousse l’hypocrisie jusqu’à affirmer après l’obtention de ce label « Je souhaite que le département soit exemplaire en matière de lutte contre les discriminations, Je suis fier d’avoir obtenu ce label, j’espère que cela inspirera d’autres collectivités car face aux discriminations, nous devons avoir une volonté sans faille. »

Par conséquent, le Front des banlieues Indépendant organisera un rassemblement le lundi 15 février à 12h devant l’AFNOR, 11 rue Francis de Pressensé, 93571 la Plaine Saint-Denis afin de protester contre l’attribution de ce label à un département qui n’est pas un organisme socialement innovant et qui n’est pas exemplaire en matière de lutte contre les discriminations.

Mais aussi de permettre à cette association de certification de réfléchir à concevoir des indicateurs quantitatifs et qualitatifs plus pertinents en matière de lutte contre la discrimination avant d’attribuer au niveau national ce label diversité à des collectivités plus spécialisées dans la communication que dans la promotion réelle de la diversité.

Président du FBI
Hassan BEN M’BAREK
Téléphone Président : 06 29 56 15 64
www.fbi-de-france.org

 

Le débat : Voile au travail : la laïcité mise à l’épreuve

Logo_LCP

Télévision du 4 avril 2013

Ça Vous Regarde : le débat : Voile au travail : la laïcité mise à l’épreuve

C’est une décision qui relance le débat déjà houleux sur la laïcité : le 19 mars dernier, la Cour de cassation a choisi d’annuler le licenciement d’une employée de la crèche Baby Loup dans les Yvelines, qui refusait d’ôter son voile islamique au travail. S’agissant d’une crèche privée, la plus haute juridiction a jugé que le licenciement de Fatima Afif, qui date de 2008, constituait « une discrimination en raison des convictions religieuses » et devait être « déclaré nul ».

La décision a immédiatement suscité de vives réactions : le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a dénoncé « une mise en cause de la laïcité », tandis que des intellectuels, menés par Elisabeth Badinter, ont lancé une pétition dans Marianne pour réclamer une loi. Une demande entendue par le président de la République François Hollande qui a annoncé jeudi sur France 2 qu’il y avait une nécessité à poser « des règles », au moins dans le secteur de la petite enfance : « Dès lors qu’il y a contact avec les enfants, dans ce qu’on appelle le service public de la petite enfance, une crèche associative avec des financements publics, il doit y avoir une certaine similitude par rapport à ce qui existe dans l’école », a expliqué le Président.
Les signes religieux doivent-ils être proscrits dans le secteur privé ? Une nouvelle loi sur la laïcité peut-elle être créée ? Faut-il une application plus stricte de la laïcité ?
Les invités d’Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde.

Invités :

Geoffroy Didier, secrétaire général adjoint de l’UMP
Razzy Hammadi, député PS de Seine-Saint-Denis
Hassan Ben M’ Barek, président du Front des banlieues Indépendant
Elisabeth Lévy, directrice de la rédaction de Causeur

Emeutes à Amiens Nord : Le FBI propose sa médiation.

38 FBI – Communiqué de presse du 16 août 2012

Émeutes à Amiens Nord : Le FBI propose sa médiation.

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) a appris avec consternation que les quartiers nord de la ville d’Amiens ont connu le lundi 13 août 2012 au soir une flambée de violence importante

En effet, jamais la ville d’Amiens n’avait connu un niveau aussi grave de violence opposant ’une centaine de jeunes et les forces de l’ordre. Résultat de ces violences: des policiers blessés, des voitures brulées ainsi qu’une salle de sport et une école primaire détruites. Malheureusement, les dégâts se chiffrent en millions d’euros,

De fait, le FBI a décidé d’entamer un début de médiation entre les jeunes des quartiers nord, les habitants, la police et les élus locaux.

Par conséquent, les responsables du FBI dont le président Hassan Ben M’Barek organiseront une conférence de presse, le jeudi 16 Aôut 2012 à 10h45, devant la mairie d’Amiens afin de délivrer un message de paix et de respect en direction de tous les acteurs.

Par la suite, le FBI se rendra au commissariat et dans les quartiers nord d’Amiens.

Ces actions ne sont que le début d’un long processus que le FBI propose de mettre en place sur ce territoire fortement discriminé en partenariat avec les élus locaux et les pouvoirs publics afin d’apporter des recommandations et des solutions concrètes pour éviter la répétition de ce genre de drame.

Les responsables du FBI, dans le cadre du Collectif Banlieues Respect, ont mené depuis les émeutes urbaines d’octobre 2005 une série d’actions dans les banlieues afin d’apporter leurs expériences et leurs expertises pour apaiser les quartiers en souffrance.

Lancement du mouvement des « Musulmans d’apparences » aux législatives de juin 2012.

31 FBI – Communiqué de presse du 6 Avril 2012

Ce vendredi à 12h45 devant la mosquée de la défense.

Lancement devant 1000 personnes du mouvement » Musulmans d’apparences »aux législatives de juin 2012.

Le Lundi 26 mars 2011 sur l’antenne de France Info, monsieur Nicolas Sarkozy, inventait le concept de « musulmans d’apparence ».

Les musulmans de France assistent impuissants depuis plusieurs mois à une vague déferlante d’islamophobie. Les tueries de Toulouse et  de Montauban, les arrestations de membres de groupuscules intégristes ne font qu’amplifier ce phénomène.

Le FBI constate que lors de l’élection de 2007 la vision négative de la banlieue a été un thème qui a fortement contribué à l’élection de Nicolas Sarkozy.

Pour l’élection de 2012, le FBI est malheureusement persuadé que l’islamophobie est devenue un thème puissant et qu’elle contribuera fortement à l’éventuelle réélection de Nicolas Sarkozy.

En effet, Le FBI estime que l’islamophobie est devenue dans cette campagne présidentielle une thématique importante dont l’objectif est de radicaliser des segments du corps électoral fortement fragilisé.

Par conséquent, la branche politique du FBI (Front des Banlieues Indépendant) a décidé de combattre ce cancer et de lancer le MMA (Mouvement des Musulmans d’Apparence) afin de présenter, pour les législatives de juin 2012, des candidats dans toutes la France.

Le FBI conseille aux musulmans de France, pratiquants et non pratiquants, de s’engager dans des actions légales, concrètes et pertinentes dans le champ politique, de les piloter et d’arrêter d’espérer que d’autres vont régler leurs difficultés de discriminations au travail, au logement, devant l ‘administration à leur place.

Par ailleurs, le FBI tient particulièrement à remercier, monsieur Nicolas Sarkozy, de nous avoir clairement définis car depuis plusieurs années nous ne savions pas quelle appellation utiliser pour nous caractériser au mieux dans l’espace de la citoyenneté républicaine française à équation identitaire variable.

Le FBI commencera concrètement à recruter des candidats dès le vendredi 6 avril 2012 à 12h45 devant la mosquée provisoire de Puteaux située au pied de la tour Société Générale dans le quartier d’affaire de la Défense (92).

Président du FBI

Hassan BEN M’BAREK

Rachid Nekkaz incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes

27 FBI – Communiqué de presse du 17 mars 2012

(Photo maison d’arrêt de Fresnes)

Rachid Nekkaz incarcéré à la maison d’arrêt de Fresnes

Le Front des banlieues Indépendant a malheureusement appris qu’à l’issue de sa garde à vue et de sa présentation devant le juge, Monsieur Rachid Nekkaz a été placé en détention à la maison d’arrêt de Fresnes.

En effet, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour corruption active et passive et a requis son placement sous contrôle judiciaire à condition que Monsieur Rachid Nekkaz donne sa véritable adresse.

Le FBI estime que lier sa libération à la divulgation de son adresse est extrêmement surprenant. En effet, Rachid Nekkaz est un français né en France qui habite en France depuis sa naissance, milite et paie ses impôts en France.

Le FBI rappelle que Rachid Nekkaz a fait l’objet d’une arrestation alors qu’il menait une action citoyenne publique en faveur du parrainage citoyen.

Le FBI acte que 60% des Français sont opposés au système actuel des parrainages et approuvent une réforme de ce système afin de permettre aux citoyens de désigner les candidats à l’élection présidentielle.

 

Plusieurs personnalités politiques souhaitent l’abolition de ce système et plus particulièrement le Président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy qui a déclaré  le 6 mars dernier qu’il était favorable au parrainage citoyen.

 

Le FBI constate que Monsieur Rachid Nekkaz a toujours mené ses actions en totale transparence. Il a toujours communiqué, sans rien cacher, en envoyant régulièrement des communiqués à la presse nationale, aux élus et à tous ces partenaires associatifs. De surcroit, ses actions qui n’ont nullement été réalisées à son profit puisqu’il ne s’est pas porté candidat au scrutin de 2012, ont un but politique.

 

Le FBI se demande légitimement pourquoi aller si loin avec Monsieur Rachid Nekkaz dans cette affaire ?

 

Le but est-il de porter un coup d’arrêt à toutes les actions que Monsieur Rachid Nekkaz a menées ces derniers mois, pour la défense des femmes en niqab, en faveur de la Turquie et plus généralement pour son combat contre l’islamophobie qui est malheureusement de plus en plus présente dans ce pays ?

 

Le FBI demande la libération de Monsieur Rachid Nekkaz qui est avant tout un militant politique qui n’a pas sa place en prison dans une démocratie.

 

Non au fichage des musulmans à Saint Gratien(95)

16 FBI – Communiqué de presse du 22 novembre 2011

Non au fichage des musulmans.Rassemblement citoyen le samedi 26 novembre à 14h30 devant l’hôtel de ville de Saint Gratien (95)

Le Front des Banlieues Indépendant (FBI) organise, le samedi 26 novembre 2011 à 14h30, un rassemblement citoyen devant l’hôtel de ville, 1 place Gambetta 95 210 Saint Gratien afin de protester contre le fichage et la stigmatisation de musulmans de la ville de Saint Gratien dans le Val d’Oise.

En effet, madame Jacqueline Eustache-Brinio, maire de Saint Gratien avait ordonné à sa police municipale, au mois d’août 2011, de relever les plaques d’immatriculation de voitures appartenant à des fidèles musulmans venus prier dans le gymnase du Picollo faisant office de salle de prière suite à deux décisions de justice obligeant la commune à mettre à disposition une salle aux musulmans de Saint Gratien pendant le ramadan.

Une association de Saint Gratien (l’AFMSG) a déposé plainte auprès de la commission nationale de l’informatique et des libertés (cnil) contre la ville de Saint Gratien pour avoir constitué un fichier informatique recensant des véhicules appartenant à des musulmans. Un contrôle de la cnil a immédiatement eu lieu dans les locaux cette mairie.

Le FBI condamne fermement ce genre de pratique de la part d’élus locaux qui participe à la stigmatisation des musulmans de France.
Le FBI estime que ce type de fichier informatique porte atteinte aux droits de l’homme et aux libertés individuelles.
Le FBI constate  que cet exemple malheureux est  révélateur d’une idéologie islamophobe qui ne cesse de se développer dans le pays.
Le FBI est une organisation laïque pilotée par des personnalités issues des banlieues qui a pour objectif de mener des actions fortes afin de mobiliser l’opinion publique contre les dérives discriminatoires et sécuritaires dans les quartiers populaires.

Une prière pour honorer les soldats musulmans morts pour la France

logoafp300x100

AFP le vendredi 11 novembre 2011

Une prière pour honorer les soldats musulmans morts pour la France

GENNEVILLIERS (FRA), 11 nov 2011 (AFP) – Près de quatre cents musulmans ont prié vendredi après-midi à la mosquée du port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) en hommage aux soldats musulmans morts pour la France lors de la Première guerre mondiale, a constaté un journaliste de l’AFP.

Rassemblés à l’appel du Front des banlieues indépendants (FBI), en ce jour de commémoration de l’armistice de 1918, les fidèles ont prié pendant environ quarante-cinq minutes pour honorer la mémoire des dizaines de milliers de soldats algériens, marocains, tunisiens et d’Afrique subsaharienne qui ont péri à l’occasion de batailles célèbres comme celles de l’Artois, de la Somme ou encore de Verdun.

« Enrôlés en tant qu’+indigènes des colonies+, ces derniers qui composaient les effectifs de ce l’on a appelé l’Armée d’Afrique, apportèrent une contribution décisive dans les combats contre les Allemands et à la victoire finale », a affirmé le président du FBI, Hassan Ben M’Barek, lors d’un discours prononcé après le prêche.

Il a souligné que cet hommage était « une nécessité et un élément de fierté pour des populations souvent stigmatisées et discriminées » dans un contexte « propice à la construction de boucs émissaires, où l’on assiste au développement de l’islamophobie ».

Dans un communiqué, le président du FBI a invité l’ensemble des mosquées et salles de prière de France à réciter elles aussi, en ce jour de commémoration de l’armistice de 1918, une prière pour rendre hommage aux soldats musulmans morts pour la France.

Le FBI est une association dont l’ambition est de « lutter efficacement contre la résignation et l’absence d’avenir dans les territoires populaires ».

Texte pour ces soldats musulmans par Ahsène Zehraoui et Hassan Ben m’Barek: Au nom de la mémoire 

Publiez sur Calaméo ou explorez la bibliothèque.

Appel a une prière le 11 novembre 2011 en hommage aux 100 000 soldats musulmans morts pour la France.

14 FBI – Communiqué de presse du 10 novembre 2011

armée

Appel à une prière le 11 novembre 2011 en hommage aux 100 000 soldats musulmans morts pour la France.

 

Le FBI (Front des Banlieues Indépendant) invite les 2300 mosquées et salle de prière de France à réciter une prière le vendredi 11 novembre 2011 en hommage à ces centaines de milliers de soldats morts pour la France.
Pour l’occasion le FBI organisera, le vendredi 11 novembre 2011 de 13h00 à 16h00, une prière de rue devant la mosquée du port située au 5 route principale du Port 92230 Gennevilliers.
En effet, c’est durant cette période de 1914 jusqu’à 1918 que des immigrants arrivèrent du Continent africain pour la première fois en masse sur le territoire français. Ils furent ainsi des dizaines de milliers à être venus en tant que travailleurs ou soldats.
Le FBI pense que ces musulmans qui se sont sacrifiés pour le drapeau tricolore, oubliés des manuels scolaires doivent être intégrés à leur juste place dans l’Histoire de France.
Ces soldats musulmans qui composaient les effectifs de l’Armée d’Afrique, apportèrent une contribution décisive dans les combats contre les Allemands et à la victoire finale.
En ces temps de crise propices à la construction de boucs émissaires, où l’on assiste au développement de l’islamophobie, le FBI estime que cet hommage est une nécessité et un élément de fierté pour des populations souvent stigmatisées et discriminées.

Appel pour une prière à la mémoire des soldats musulmans morts en 14-18

zaman logo okok

Presse du 9 novembre 2011

Appel pour une prière à la mémoire des soldats musulmans morts en 14-18

Une association de banlieue a lancé mercredi un appel pour une prière le 11 novembre dans toutes les mosquées de France à la mémoire des soldats musulmans morts pendant la Première guerre mondiale, et demandé qu’ils « soient intégrés » dans l’histoire de France

« En vue de rendre hommage à la mémoire de ces combattants musulmans de la Première guerre mondiale, le Front des Banlieues Indépendant lance un appel pour que dans toutes les mosquées de France, une prière soit récitée en leur mémoire », indique cette association Front des banlieues indépendant (FBI) dans un communiqué.

Selon le texte, 450.000 musulmans venus des anciennes colonies du Maghreb et d’Afrique noire ont combattu lors de la Première guerre mondiale et plus de 80.000 sont morts au combat.

Ces soldats ont participé « à toutes les grandes batailles, entre autres à celles de l’Artois, de la Champagne, de la Somme, de Malmaison et à celle, emblématique, de Verdun, qui causa, on le sait à elle seule, plus de 300.000 morts français et allemands ».

Au moment oùl’on rend hommage aux combattants de 14-18, ces musulmans qui se sont sacrifiés pour le drapeau tricolore, oubliés des manuels scolaires doivent être intégrés à leur juste place dans l’Histoire de France », demande le FBI. « C’est ce type de démarche qu’il conviendrait à l’avenir d’encourager, dans tous les domaines, pour donner tout son sens au principe républicain d’égalité entre les citoyens, quelles que soient leurs origines, afin de mieux faciliter de la sorte le +vivre ensemble+ », estime l’association.

Prière de rue devant la mairie de Puteaux

10-FBI Communiqué de presse du 13 Octobre 2011

Le Front des Banlieues Indépendant organise une grande prière de rue le Vendredi 21 Octobre 2011 à partir de 14h devant la mairie de Puteaux  

En effet, La mosquée de Puteaux fait l’objet d’un projet de reconstruction à partir du lundi 17 octobre 2011 pour une durée minimum de 6mois.

Malgré les discussions depuis plusieurs mois avec le maire de Puteaux, Madame Joëlle Ceccaldi-Raynaud, aucune solution sérieuse concernant la mise à disposition d’un local provisoire pour accueillir les fidèles n’a été trouvée.

Par conséquent, le FBI mènera un ensemble d’actions pour placer les élus locaux de Puteaux face à leurs responsabilités.

Doutes sur un suicide à la maison d’arrêt de Nanterre


logo metro ok

Presse du 07 octobre 2011

Doutes sur un suicide à la maison d’arrêt de Nanterre

Un détenu est entre la vie et la mort aux urgences de l’hôpital de Nanterre. Il aurait tenté de se suicider lundi matin dans une cellule d’isolement. Une version qui est mise en doute par les proches du jeune homme qui évoquent plutôt une bagarre qui aurait dégénéré.

La maison d'arrêt de Nanterre

La maison d’arrêt de Nanterre